Soins de bouche en service de Réanimation

06/03/20

Inter.med Laboratoires engagé dans la prévention des pneumopathies acquises sous ventilation mécanique

Tous les référentiels des sociétés savantes françaises et internationales ont depuis plus de 10 ans préconisé les soins de bouche en réanimation, et plus particulièrement auprès des patients sous ventilation mécanique.


En France que cela soit la SFAR (Société française d’anesthésie réanimation) ou la SRLF (Société française de réanimation en langue française), ces deux sociétés ont pris positions pour promouvoir les soins de bouche (1), voire la désinfection oro-pharyngée (2), en tant que mesures préventives dans la survenue des pneumopathies acquises sous ventilation mécanique.


Ainsi il est désormais établi que des soins de bouche réalisés à une fréquence de 6 soins par 24 heures présentent l’une des meilleures préventions pour lutter contre les Pneumopathies Acquises sous Ventilation Mécanique (P.A.V.M.). Ces pneumopathies constituent l’une des premières sources d’infections nosocomiales en réanimation. Elles participent à l’augmentation de la D.M.S. (Durée moyenne de séjour) en réanimation et présentent une charge financière importante pour ces unités de soins.


Une revue de la littérature scientifique, réalisée par les équipes Inter.med et Didactic, rassemble les données qui permettent de justifier de ces éléments ; ce dossier technico-scientifique est disponible sur simple demande en activant le lien figurant à la fin de cet article.

Enquête de terrain

Inter.med Laboratoires a réalisé une enquête de terrain auprès d’unités de réanimation des secteurs publics et privés d’au moins dix lits de réanimation. Dans la plupart des cas il s’agissait d’unités de réanimation polyvalentes.
Les éléments suivants ont été recueillis auprès d’environ 120 établissements de santé répartis sur l’ensemble du territoire.

 

  • Dans 75% des cas les équipes sont bien sensibilisées à la prévention des P.A.V.M. par la réalisation de soins de bouche (I.D.E, Cadres de santé, médecins).
  • Les soins de bouche sont réalisés le plus souvent à l’aide de dispositifs simples mais pas nécessairement adaptés à la meilleure réalisation des soins.
    • Si les bâtonnets spécifiques ont largement remplacé la compresse et l’abaisse langue, les dispositifs aspirants ne sont utilisés que dans environ 40 % des cas. Les kits pour des raisons économiques principalement, mais également car ils ne sont pas toujours appréciés par leur manque de souplesse (adaptation au cas par cas), ne sont utilisés que dans 35% des cas selon notre étude.

Les objections de soignants concernant les kits de soins de bouche pour réanimations

Dans un certain nombre de témoignages, il a été noté :

• « Si les kits sont appréciés pour leur facilité d’usage, ils sont relativement onéreux. Un certain nombre de dispositifs n’est pas utilisé. Il faudrait désinfecter ensuite les dispositifs non utilisés lors de la sortie des box de réanimation pour ne pas les jeter….»

• « Nous ne disposons pas de dispositifs adaptés en raison des coûts des dispositifs sous forme de kit …. ».

• « Nous souhaitons adapter et choisir les dispositifs à la situation clinique et à la bouche du patient …. ».

• « Les restrictions budgétaires ne nous permettent pas d’avoir a minima des bâtonnets mousse de qualité adaptés à chaque soin …. ».

• « Nous n’avons à disposition que des compresses ou des bâtonnets coton peu efficaces …. ».

  • Les soins de bouche sont majoritairement réalisés par les aides soignant(e)s et I.D.E en équipe.

 

  • Pour réaliser les soins de bouche, une solution de Chlorhexidine est utilisée majoritairement

Inter.med Laboratoires

Inter.med Laboratoires, référence française en matière de production de dispositifs pour réaliser les soins de bouche, a donc tenu compte de toutes ces observations pour offrir aux équipes soignantes des dispositifs de très haute qualité, fabriqués en France, adaptés aux pratiques quotidiennes des soignants.
Aussi dans le cadre des développements de cette gamme, Inter.med laboratoires attache une
attention particulière à l’impact quant aux déchets hospitaliers afin de réduire au maximum les
déchets d’emballages (sachet en Polyéthylène, carton et boites recyclables.)

 

Pour recevoir notre dossier technico-scientifique, contactez-nous

Références citées dans l’article

• Référence (1)

le métier d’IDE en réanimation Fiches techniques Fiche n°10 – Soin de bouche Fiche n°10 – Soin de bouche

https://www.srlf.org/metier-dide-reanimation/fiches-techniques/fiche-n10-soin-de-bouche/

Rédaction : E. BERTHOLET(1) et S. DÉRES(2)

1. CHU de Lyon – HFME – Département d’Anesthésie et Réanimation Pédiatrique

2. CHU de Poitiers – Service de Réanimation Médicale

Date de validation : V1 – août 2011

• Référence (2)

Impact d’un programme multimodal de prévention de la pneumopathie associée à la ventilation incluant la décontamination oro-pharyngée

https://sfar.org/impact-dun-programme-multimodal-de-prevention-de-la-pneumopathie-associee-a-la-ventilation-incluant-la-decontamination-oro-pharyngee/ par Anne-Claire Lukaszewicz et Karim Asehnoune

« Le résultat principal de l’étude était la baisse majeure de la proportion de patients ayant présenté au moins une PAVM de 20.1% avant à 8,5% après la mise en place du programme multimodal sans la DOS, puis à 3% une fois la DOS introduite, tout comme l’incidence des PAVM ou leur fréquence. La comparaison des différentes périodes avant intervention, avec les mesures sans DOS, après l’introduction de la DOS puis au cours du suivi confirmait l’impact de l’intervention sur la survenue des PAVM quelle que soit l’approche statistique. Cette analyse longitudinale mettait en évidence en particulier l’impact de la DOS et le maintien du résultat positif qui perdurait au cours du suivi. Il n’y avait pas d’impact significatif de l’intervention sur l’émergence de résistances bactériennes ni sur la consommation d’ATB globale. En revanche les auteurs ont mesuré une diminution de la durée de la ventilation mécanique et de la mortalité en réanimation qui reste modeste dans cette étude. »

Impact of a multifaceted prevention program on ventilator-associated pneumonia including selective oropharyngeal decontamination Landelle, V. Nocquet Boyer, M. Abbas, E. Genevois, N. Abidi, S. Naimo, R. Raulais, L. Bouchoud, F. Boroli, H. Terrisse, J.-L. Bosson, S. Harbarth, J. Pugin Intensive Care Med (2018) 44:1777–1786. doi.org/10.1007/s00134-018-5227-4